CAPACITAR Rwanda

"SE GUERIR ET GUERIR NOTRE SOCIETE"

Impact de CAPACITAR sur les bénéficiaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'évaluation a révélé que la fréquence des problèmes avait considérablement diminué en raison de l'adoption et de la pratique de l'approche CAPACITAR chez les bénéficiaires. Dans les premiers jours, il a été noté que les principaux problèmes rencontrés par les personnes interrogées étaient les maux de tête, les maux d'estomac, les cauchemars, les insomnies, les douleurs générales, la fatigue, le chagrin profond et l'angoisse. Après l'approche CAPACITAR et la mise en œuvre de leurs techniques, plus de la moitié de ceux qui souffraient de maux de tête, maux d'estomac, insomnie, fatigue et chagrin profond ont été réduits.

 

Impact dans la société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5. Quant à l’influence de l’approche CAPACITAR sur les relations des bénéficiaires avec l’entourage, l’évaluation indique que l’application des techniques CAPACITAR contribue  à rétablir l’équilibre psychosocial ; ce qui, à son tour, contribue à la réduction du niveau de méfiance, indifférence, nervosité,  et agressivité verbale envers leur entourage tant au sein de la famille qu’en dehors de celle-ci. En outre, la pratique de cette approche a offert une opportunité d’interagir avec certains membres de familles proches, les collègues de travail, voisins etc. qui s’intéressent à cette approche.

 

 

Impact de la réalisation de Capacitar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impact dans les activités

 

 

 

1. Ainsi, CAPACITAR-Rwanda s’inspire de la philosophie et valeurs de CAPACITAR International qui a  pour devise  « Se guérir et guérir le monde ». CAPACITAR-Rwanda envisage  « une société rwandaise libérée de toute forme de traumatisme et de stress où chaque membre vit en pleine harmonie avec lui-même, avec les autres et participe activement dans les activités visant son développement intégral.» La mission de CAPACITAR-Rwanda prône de valeurs telles que respect de la vie, l’empathie, l’acceptation, le dévouement et la Solidarité, avec une mission  de «Se guérir du traumatisme et guérir notre société».

 

2. L'évaluation concernait principalement les bénéficiaires (membres des organisations/associations partenaires du Programme CAPACITAR) vivant dans 10 districts dans lesquels ledit programme mène ses actions.

4. Dans l’ensemble, CAPACITAR indique qu’avant l’adoption de l’approche CAPACITAR, les relations des bénéficiaires avec l’entourage étaient relativement affectées par le traumatisme et le stress vécus. Près de 20% de répondants estiment que les relations avec les enfants, autres membres de famille, les voisins étaient hautement affectées. Ces relations étaient moyennement affectées comme l’estiment les répondants dans la proportion légèrement supérieure à la précédente. Par ailleurs, l’enquête indique que le traumatisme et le stress ont réduit la capacité des répondants d’entreprendre des activités génératrices (AGR) de revenu, l’assiduité à ces AGRs, ainsi que la participation à la vie communautaire. Ce constat est confirmé par les discussions en groupe qui ont révélé que certaines personnes affichaient des comportements de méfiance, d’indifférence, de peur, d’agressivité verbale, etc. envers leur entourage à la suite du traumatisme et ou du stress.

Les répondants ont confirmé qu'ils souffraient auparavant de problèmes de santé mentale, tels que des traumatismes, mais qu'après la formation, des conseils, une adaptation et une pratique des techniques CAPACITAR, ils ont constaté une amélioration remarquable. Ils ont même réussi à pardonner à ceux qui ont tué leurs familles. Outre les problèmes psychologiques, ils avaient mentionné, les problèmes sociaux qui ont entravé leurs relations avec leurs voisins et l’ensemble de l’environnement social ont été considérablement réduits. Ils ne pouvaient ni divertir ni interagir avec eux. Mais maintenant, ils se sentent en sécurité et heureux de communiquer avec eux et de participer aux mêmes activités génératrices de revenus.

La grande majorité des répondants (80%) pratiquent les techniques de l’approche CAPACITAR le matin. C’est-a-dire à la maison pour la majorité ou au travail pour d’autres, avant de commencer les activités journalières ; . Ils ont également noté que la pratique pouvait se poursuivre le jour ou le soir, à midi ou à tout autre moment, au besoin. D'autres soulignent que la pratique du matin est préférable, car elle offre une opportunité à certains membres de la famille (conjoints, enfants, etc.) pratiquer ensemble avant d'aller au travail. Ils croient que ce moment est une occasion propice de se calmer émotionnellement et physiologiquement et de les aider à vaquer à leurs occupations et à interagir mieux avec les autres sans trop de peine.